Activités

Roller et glisse urbaine

image_roller.jpg

Nombre de licenciés en 2015 :
Roller : 1 612
Skate : 254

La loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie stipule, dans son article 14, que les collectivités devront promouvoir "les modes de déplacement les plus économes en énergie et les moins polluants …".

Rollers : patins à roues alignées ou patins traditionnels ou quads.

Le patineur et le cycliste sont considérés comme des perturbateurs qui n'ont pas leur place sur la chaussée. Le patineur est pourtant dans un état d'esprit tout à fait différent. Il est en prise directe avec la rue, conscient de la fragilité de son corps (protection obligatoire). Son degré d'attention doit être élevé, partagé entre le plaisir de la glisse, le franchissement des obstacles au sol, l'anticipation du cheminement entre les autres usagers et l'évaluation d'une distance et d'une vitesse adaptées pour un arrêt d'urgence.

Chez les plus jeunes, la pratique en tant que mode de déplacement existe également. En effet, pour eux, la pratique "agressive" est la plus prisée, même si tous ou presque commencent par le fitness. Ils n'hésitent pas à utiliser les transports en commun, rollers aux pieds, pour se rendre sur une place publique ou dans un lieu aménagé pour la pratique agressive.

Le code de la route ne fait pas de différence entre les piétons rapides (NDLR : rollers) et les autres, mais leur cohabitation sur les trottoirs n'est pas évidente.

L'article L131-3 du Code des Communes prévoit que "le maire fait la police de la circulation sur les routes nationales, les chemins départementaux et les voies de circulation à l'intérieur des agglomérations (…)".
En clair, cela signifie qu'il peut exister un traitement particulier des usagers de la voirie, et notamment des patineurs, pour chaque commune de France. Théoriquement, il est interdit d'interdire la circulation des patineurs en ville …Cependant, la pratique du roller est interdite ou limitée dans certaines villes. Comme pour tout accident de la vie courante, tout citoyen possède une assurance Responsabilité Civile qui assure la prise en charge des frais occasionnés par l'accident. Toutefois, dans le cas où il existerait un arrêté interdisant la pratique du roller sur la commune où s'est produit l'accident, le patineur risquerait de perdre ses droits vis-à-vis de son assurance, si celle-ci est informée de l'interdiction, et de devoir prendre en charge lui-même ces frais.

Bon plan écolo :

Les rollers sont économiques et non polluants.

La complémentarité entre les modes de transport est un point important pour la collectivité car elle est la condition d'un coût global minoré pour une satisfaction collective maximale.

Les patineurs sont peu consommateurs d'espaces : la prise en compte des patineurs dans la circulation ne coûte pas cher. Il est admis que la surface utilisée au repos par une personne transportée est de 8 m2 pour la voiture particulière alors qu'elle n'est que de 1,5 m2 pour la bicyclette et de 0,3 m2 pour le piéton. Pour les patineurs, on peut considérer que la surface utilisée au repos est similaire à celle du piéton.

QUALITES SUBJECTIVES :

La pratique du roller procure un réel plaisir : grâce au roller, rentrer du travail après une journée usante et stressante devient un moment de plaisir et de détente. Au contraire, affronter les embouteillages au volant de sa voiture et les rames de métro bondées peut constituer un stress et une angoisse supplémentaires. Cette affirmation peut paraître exagérée pour quiconque ne pratique pas le roller.

Pourtant la voiture, symbole de liberté des années 70, n'est plus synonyme de liberté dans les centres villes : la voiture est un mode de déplacement merveilleux quand c'est un outil de liberté. En ville, aujourd'hui, ce n'est plus le cas.

L'utilisation des rollers en milieu urbain nécessite une certaine maîtrise. L'apprentissage de certaines techniques nécessite du temps avant de se lancer à l'assaut du bitume. La vitesse moyenne d'un patineur est de 16 km/h et elle est de 19 km/h pour un cycliste.

Le jeudi 1er mars 2001, la Cour de Cassation de Paris s'est prononcée sur le cas d'un patineur verbalisé pour avoir circulé sur la chaussée. Elle a estimé "que le patin à roulettes est un véritable moyen de transport, au même titre que les vélos ou les trottinettes qui empruntent la chaussée". Cette décision fait jurisprudence et les rollers sont donc désormais autorisés dans les rues.

En France, on constate à travers certaines données économiques, la création d’espaces réservés, le nombre en hausse de randonnées et la présence dans les médias du roller qui apparaît comme un nouveau loisir sportif. Cet engouement moment n’est pour le pas aussi net pour son utilisation en tant que moyen de déplacement doux. L’UFOLEP constate également ce phénomène à travers ses statistiques et souhaite accompagner son développement.


Où pratiquer mon activité ?

Carte des régions de France

Liste associations :

Choisissez une région pour afficher la liste des associations

> Liste des activités


L'actufolep
+ d'infos